Bonjour et bienvenue à notre épisode d’aujourd’hui, nous allons parler d’un sujet qui concerne de nombreuses femmes à travers le monde : le syndrome prémenstruel ou SPM. Nous explorerons les causes, les symptômes et surtout, des stratégies pour mieux gérer cette période souvent inconfortable.

Accède gratuitement à mes ressources (ebook et kits) en cliquant ICI !

c'est quoi le syndrome prémenstruel spm solutions naturelles

Qu’est-ce que le SPM ? 

Le syndrome prémenstruel, ou SPM, désigne un ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui surviennent généralement quelques jours avant le début des règles. Ces symptômes peuvent varier d’une femme à l’autre, mais incluent souvent des douleurs abdominales, des maux de tête, des changements d’humeur, des ballonnements et une fatigue intense.

Il est possible de diminuer les manifestations souvent invalidantes de cette période en modifiant certaines habitudes et en apprenant à se détendre. Il est également important de rappeler que les symptômes prémenstruels ne sont généralement pas graves. Cependant, si vous avez des doutes ou des préoccupations, je vous conseille de consulter votre gynécologue pour vous assurer que tout est en ordre.

Causes du SPM

Le SPM est un syndrome complexe avec de multiples causes interconnectées. Bien que les fluctuations hormonales soient le principal moteur, les déséquilibres chimiques du cerveau, les facteurs de style de vie, la prédisposition génétique et d’autres conditions de santé jouent également un rôle significatif. Une meilleure compréhension de ces causes peut aider à gérer et à atténuer les symptômes, améliorant ainsi la qualité de vie des femmes touchées par le SPM.

Le syndrome prémenstruel (SPM) est un ensemble de symptômes physiques, émotionnels et comportementaux qui surviennent généralement quelques jours avant le début des règles. Les causes exactes du SPM ne sont pas entièrement comprises, mais plusieurs facteurs sont impliqués, notamment les fluctuations hormonales, les déséquilibres chimiques du cerveau, les facteurs de style de vie et la prédisposition génétique.

Voici un aperçu détaillé de ces causes :

  1. Fluctuations hormonales

Les fluctuations des hormones sexuelles féminines, principalement l’œstrogène et la progestérone, jouent un rôle crucial dans le développement du SPM.

  • Œstrogène : En début de cycle, les niveaux d’œstrogène augmentent, ce qui prépare l’endomètre pour une éventuelle grossesse. Une fois l’ovulation passée, les niveaux d’œstrogène diminuent.
  • Progestérone : Après l’ovulation, les niveaux de progestérone augmentent pour soutenir une éventuelle implantation d’un ovule fécondé. Si la grossesse ne se produit pas, les niveaux de progestérone chutent, déclenchant les règles.

Ces variations peuvent affecter l’équilibre chimique du cerveau et provoquer des symptômes de SPM, tels que des changements d’humeur, des irritations et de l’anxiété.

  1. Déséquilibres chimiques du cerveau

Les neurotransmetteurs, notamment la sérotonine, jouent un rôle dans la régulation de l’humeur et du comportement. Des niveaux insuffisants de sérotonine peuvent contribuer à certains symptômes du SPM.

  • Sérotonine : Cette hormone influence l’humeur, les émotions et le sommeil. Une diminution de la sérotonine peut entraîner des symptômes tels que la dépression, l’anxiété, les fringales et les troubles du sommeil.
  • Attention : à ne pas confondre avec trouble dysphorique prémenstruel. Le TDPM est une forme plus sévère du SPM qui entraîne des symptômes dépressifs et émotionnels intenses, perturbant gravement la vie quotidienne et les relations personnelles. Les symptômes du TDPM sont similaires à ceux du SPM, mais ils sont généralement plus sévères et incluent des signes marqués de dépression, d’anxiété, et de grande irritabilité. Il est fortement conseillé d’en parler avec votre gynécologue.
  1. Facteurs de style de vie

Certains aspects du mode de vie peuvent aggraver les symptômes du SPM.

  • Alimentation : Une alimentation riche en sucre, en sel, en caféine et en alcool peut exacerber les symptômes. Les carences en vitamines et minéraux (comme le calcium et le magnésium) sont également impliquées.
  • Exercice : Le manque d’activité physique peut aggraver les symptômes. L’exercice aide à libérer des endorphines qui sont des hormones du bien-être.
  • Stress : Le stress chronique, c’est-à-dire lorsque notre système nerveux reste bloqué sur le mode « stress » en continue et depuis très longtemps au point qu’il n’arrive plus à relâcher la pression, peut perturber l’équilibre hormonal et aggraver les symptômes du SPM.
  • Sommeil : Un manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité peut accentuer les symptômes du SPM.
  1. Prédisposition génétique

Il existe une composante génétique au SPM. Les femmes dont les mères ou les sœurs ont souffert de SPM sont plus susceptibles de ressentir des symptômes similaires. Cela suggère que la sensibilité hormonale peut être héréditaire.

  1. Autres facteurs contributifs
  • Conditions de santé sous-jacentes : Certaines conditions médicales, telles que les troubles thyroïdiens ou les dépressions, peuvent interagir avec le SPM et en aggraver les symptômes.
  • Sensibilité individuelle : Certaines femmes sont plus sensibles aux fluctuations hormonales que d’autres, ce qui peut expliquer pourquoi les symptômes varient en intensité d’une personne à l’autre.

Quels sont les symptômes courants

  • Douleurs abdominales et crampes
  • Sensibilité des seins
  • Fatigue et manque d’énergie
  • Irritabilité et changements d’humeur
  • Anxiété et dépression
  • Ballonnements et prise de poids temporaire
  • Maux de tête
  • Problèmes de sommeil

 

Solutions naturelles pour gérer le SPM :

Il existe plusieurs stratégies pour atténuer les symptômes du SPM et rendre cette période plus supportable.

  1. Alimentation équilibrée : Consommez des aliments riches en calcium, magnésium et vitamine B6 peuvent aider à réduire les symptômes. Évitez les aliments sucrés, salés et la caféine.
  2. Exercice régulier : L’activité physique libère des endorphines, qui peuvent améliorer l’humeur et réduire la douleur. Même une simple marche peut faire une grande différence.
  3. Gestion du stress : Les techniques de relaxation comme le yoga, la méditation, et la respiration profonde peuvent aider à réduire le stress et améliorer votre bien-être général.
  4. Sommeil de qualité : Assurez-vous de dormir suffisamment et de maintenir une routine de sommeil régulière. Pour cela vous pouvez écrire votre journée dans un carnet de notes pour vous libérer de ces pensées souvent envahissantes au moment d’aller vous coucher, vous pouvez pratiquer un yoga doux, du yin yoga ou de la méditation avant de vous coucher.
  5. Suppléments : Certaines femmes trouvent que les suppléments comme le magnésium, le calcium et les huiles d’onagre peuvent aider à atténuer les symptômes. Consultez toujours un professionnel de santé avant de commencer tout nouveau supplément.
  6. Hydratation : Buvez beaucoup d’eau pour réduire les ballonnements et favoriser une bonne digestion.
  7. Boire des infusions : Certaines plantes comme l’aubépine, la camomille, le houblon ou la valériane permettent de se détendre et mieux dormir.
  8. Huiles essentielles : Certaines huiles essentielles permettent de faire face aux symptômes du syndrome prémenstruel et de reprendre le contrôle sur ses émotions : sauge, basilic, lavande, géranium, menthe poivrée et ylang ylang. A utiliser en mélange avec une huile neutre telle que le jojoba ou l’amande par exemple.
  9. Thérapies alternatives : Des approches comme l’acupuncture, les massages et l’utilisation des huiles essentielles peuvent également être bénéfiques.

 

Conclusion

Le SPM peut être une période difficile, mais en comprenant mieux ses causes et en adoptant des stratégies pour gérer les symptômes, il est possible de réduire son impact sur votre vie quotidienne. N’oubliez pas que chaque femme est différente, et il est important de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous.

Merci d’avoir écouté cet épisode du Havre de la chouette. Si vous avez trouvé ces informations utiles, n’hésitez pas à vous abonner et à partager ce podcast avec d’autres femmes qui pourraient en bénéficier. Prenez soin de vous et à bientôt pour un nouvel épisode !

Si cet article vous a plu et que vous l’avez trouvé utile, partagez le auprès de vos amies 😉

Prenez soin de vous,

Nadine